Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

Marché du disque : la croissance du numérique s’accélère

26 Septembre 2011 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Economie & marché

C’est un bilan contrasté qu’a annoncé le Syndicat national de l’édition phonographique lors de sa conférence de presse du 14 septembre, au vu des résultats des ventes de disques sur le premier semestre 2011. Le marché physique accuse un recul de 12 % à près de 173 millions d’euros, en partie compensé par le numérique qui confirme sa « forte progression » avec 53,2 millions d’euros générés, soit 2,7 % de mieux qu’au premier semestre 2010. Au total, le marché total de la musique enregistrée affiche à la mi-temps une baisse de 5,7 %.

« Les prochains mois seront décisifs, mais les tendances lourdes se dessinent », commente David El Sayegh, directeur général du syndicat, en se réjouissant de l’évolution des ventes numériques. Celles-ci auront représenté un quart des revenus au cours des six premiers mois de l’année (et 36 % du total des ventes en juillet). Un score significatif puisque « c’est en France que la progression numérique est la plus sensible », souligne le Snep, alors qu’elle est de 21 % en Grande-Bretagne, de 19 % en Allemagne, de 15 % en Espagne et de 4 % aux Etats-Unis.

Ventes en valeur (millions €)              1er semestre 2010          1er semestre 2011           Evolution

Singles

2.5

1.5

- 42.5 %

Albums

169.7

157.9

- 7.0 %

Vidéo

23.9

13.3

- 44.5 %

Total marché physique

196.4

172.7

- 12 %

Téléchargement internet

24.1

27.3

+ 13.2 %

Sonneries/téléphonie mobile

8.4

6.7

- 20.2 %

Revenus des abonnements

6.1

12.3

+ 103 %

Revenus du streaming

4.7

6.8

+ 44,7 %

Total marché numérique

43.3

53.2

+ 22.7 %

Marché total

239.7

225.9

     - 5.7 %

Source Snep.

Au sein des ventes numériques, le téléchargement Internet progresse, tant sur les titres (+ 12,3 %) que sur les albums (+ 16 %). Mais les progressions les plus significatives sont celles des revenus des abonnements (103 % de hausse) et du streaming (près de 45 %). Les seuls abonnements Internet ont vu leurs recettes multipliées par 3,4 à 9,7 M€ (un score attribué à l’accord Deezer-Orange.

Parallèlement, les revenus issus de la téléphonie mobile déclinent de 20,2 %. Il est à noter que, si le Snep évoque régulièrement le déclin des sonneries (- 19,6 % sur le premier semestre), il ne saurait occulter celui, tout aussi sensible, des téléchargements de titres sur mobile (- 18,6 %) et des abonnements téléphonie mobile (- 18,5 %). Denis Ladegaillerie, président du Snep, note « une vraie accélération de la croissance du marché numérique ». Mais celle-ci ne parvient pas encore à redresser un marché dont le déclin - heureusement plus faible qu’au temps fort de la crise - se poursuit. D’où le dispositif de soutien demandé par l’industrie musicale. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article