Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

La Carte Musique en version physique pour lutter contre la fraude

31 Août 2011 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Aides & Financements

La Carte Musique Jeune, destinée pour lutter contre le téléchargement illégal et inciter les 12-25 ans à se tourner vers l’offre légale, est l’objet d’utilisations frauduleuses. Le dispositif – qui permet aux jeunes d’acheter jusqu’à 50 euros de musique sur Internet pour un coût de 25 euros (l’autre moitié étant financée par l’Etat) – serait de plus en plus utilisé par les plus de 25 ans. La sénatrice UMP Colette Mélot s’est récemment plaint de ce détournement auprès du ministère de la Culture. En pratique, la fraude est aisée puisque les fournisseurs d’accès peuvent difficilement contrôler l’âge des internautes, qui sont juste tenus à une déclaration sur l’honneur (voir le site www.carte-musique.gouv.fr). Un choix dû aux contraintes imposées par la CNIL sur le traitement des données personnelles, justifie le ministère.

Pour lutter contre ce détournement et assurer la pérennité du dispositif (dont l’impact est loin des prévisions), la Rue de Valois confirme qu’une version physique de la carte – pourtant annoncée à plusieurs reprises - est en préparation. Elle sera distribuée dans les grandes surfaces, ainsi que sur un nouveau site Internet fonctionnant sur les smartphones, et appuyée par une nouvelle campagne de communication dans les mois qui viennent, « afin de mieux faire connaître le dispositif aux jeunes et aux parents ». Il est temps… Lancée officiellement le 28 octobre 2010 à l’initiative du ministère de la Culture (suite aux préconisations de la mission Zelnik), la Carte Musique Jeune – d’un coût de 25 millions d’euros par an – peine à trouver son public. Les résultats sont « en dessous des espérances » : 50 000 Cartes Musique avaient été vendues en début d’année, chiffre passant à 100 000 en avril dernier. Soit 50 millions de recettes - au maximum, car rien n’indique que tous les internautes ont opté pour une valeur faciale de 50 € - en valeur TTC (combien concrètement pour l’industrie musicale, une fois ôtées la TVA et la marge des détaillants ?)

La fraude ne s’arrête pas là. « Il est aisé de contourner le dispositif pour acheter d’autres produits dématérialisés ; c’est le cas sur la boutique en ligne d’Apple, l’iTunes Store, qui ouvre la possibilité d’acheter des applications iPhone ou iPad » souligne la sénatrice de Seine-et-Marne. Des « comportements largement minoritaires » assure le ministère de la Culture, en rappelant que « seuls les achats de musique sont remboursés aux plateformes partenaires de l’opération ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article