Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Disparition du chanteur, animateur et acteur Patrick Topaloff

10 Mars 2010 , Rédigé par Gildas Lefeuvre

Le chanteur, animateur et acteur français Patrick Topaloff est décédé le 7 mars à Paris d’une crise cardiaque à l’issue d’un déjeuner à son domicile. Agé de 66 ans, il s’était encore produit la veille à Chalon-sur-Saône dans le cadre de la tournée « Age tendre et têtes de bois », à laquelle il participait depuis 2007.

Né d'un père géorgien et d'une mère corse, Patrick Topaloff avait fait ses débuts à 22 ans, une licence d’histoire en poche, comme animateur à RMC, en même temps que Jean-Pierre Foucault, avant d’être repéré par Europe 1 où il laissera un souvenir impérissable. Il y fera la rencontre de Claude François qui, enthousiasmé par sa personnalité hors norme et fantasque, lui cosigne l’inoubliable « J’ai bien mangé, j’ai bien bu » (1972), qui sera disque d’or. Coqueluche des Français dans les années 70, Patrick Topaloff écume les scènes de France en première partie de Cloclo et devient une figure incontournable dans les shows TV des Carpentier. Suivirent dix ans de tournées, galas, apparitions télévisées (il fit les beaux jours des « Jeux de 20 heures » et de « L’Académie des Neufs ») et une douzaine de films (des pochades pour la plupart). « Où est ma chemise grise ? », sa parodie de la comédie musicale « Grease » qu’il enregistre en 1980 avec son ami Sim sera disque de platine et restera son plus grand succès.

On lui doit également une adaptation en chansons des Fables de La Fontaine, en plusieurs albums (Prix de l’Education Nationale, elle reste aujourd’hui encore un objet d’étude dans les universités américaines). Après une éclipse difficile et de graves problèmes personnels, Patrick Topaloff avait fait un retour en force il y a quelques années, avait été élu par ses pairs au conseil d’administration de l’Adami où il avait défendu avec passion les intérêts des artistes-interprètes, et avait intégré la tournée « Age tendre et têtes de bois » en 2007. Amuseur public revendiqué, figure familière de la radio et de la télévision, mais aussi du théâtre de boulevard, touche-à-tout populaire, il était aussi un homme profond et cultivé, tel qu’on peut le découvrir au fil de ses mémoires « Les Pleurs du Rire », parues en 2000. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a rendu hommage à l’artiste disparu, « dont la jovialité et l’énergie ne s’étaient pas démenties ».

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LNO 10/03/2010 20:22


Paix à son âme !