Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Une étude de la Sacem pointe la baisse de la musique à la télévision

12 Avril 2010 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Etudes & Rapports

La place de la musique à la télévision n’est guère reluisante. La filière musicale a fait part de ses inquiétudes à ce sujet à plusieurs reprises ces derniers mois. Il y a de quoi, au vu des résultats d’une étude que vient de publier le service Etude et communication extérieure de la Sacem. Sur les chaînes hertziennes, qui possèdent l’impact prescripteur le plus important et sont les plus porteuses en termes d’exposition, le volume de chansons diffusées (françaises et étrangères) est en diminution continue, passant de 177 431 minutes en 2000 à 120 423 minutes en 2008, soit une baisse de 32 %. La tendance s’est accélérée depuis 2006, avec une diminution de 20 % sur 2 ans. Le recul est encore plus important sur les heures de grande écoute (20h-22h30) avec un volume divisé par 2 entre 2000 (10 205 minutes) et 2008 (5 155 minutes).

Le taux de musicalité des chaînes hertziennes généralistes est faible. TF1, France 2, France 3, Canal + et France 5 /Arte ne consacrent en moyenne que 1,32 % de leur temps d’antenne à la musique (diffusion de concerts, prestations de plateaux et vidéomusiques). M6 se distingue puisque la musique occupe 13,2 % du temps d’antenne de la chaîne, mais la Sacem pointe la chute rapide et importante du volume de vidéomusiques diffusées. Le nombre de diffusions intégrales de clips (en moyenne mensuelle) est passé de 2 340 en 2006 à 1 579 en 2009 et à 809 en janvier 2010.

« La diffusion de chanson ou de prestations d’artistes subit une double limitation, dommageable en termes d’exposition et de promotion » constate la Sacem : elle tend à se concentrer sur des heures d’écoute non significatives (entre minuit et 6 heures du matin) sur les chaînes généralistes comme sur les chaînes thématiques, et elle est de plus en plus cantonnée à des chaînes thématiques de la TNT dont les audiences et l’impact prescripteur sont encore faibles ; les émissions de variétés sont même totalement absentes, aux heures de grande écoute, des chaînes musicales ou à composante musicale de la TNT.

Le groupe France Télévisions fait l’objet d’un constat spécifique : le volume de chanson diffusé est en chute libre depuis 2000 sur France 2 (baisse de 60 %) et France 3 (- 46 %), le temps d’antenne occupé par les prestations musicales est faible (2,45 % en moyenne sur France 2, France 3 et France 4), l’exposition de chanson se fait majoritairement à des horaires peu fédérateurs (1,2 % entre 16h et minuit sur les trois chaînes, contre 7,6% entre minuit et 6 h du matin). France 4 est la chaîne la plus musicale du groupe (3,6% du temps d’antenne) mais aussi celle dont la part d’audience est la plus basse (1,3 % contre 16,5 % pour France 2 et 12,4 % pour France 3.

« Les chaînes ne font aucun effort d’innovation », note Claire Giraudin, responsable des études à la Sacem. « Les contraintes du CSA sont moins rigides qu’avant. Elles n’ont pas l’obligation d’investir dans ces formats ».

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article