Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

Série d’acquisitions pour BMG Rights Management, dont Mute

12 Janvier 2013 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Publishing

BMG Rights Management a annoncé l’acquisition de plusieurs catalogues éditoriaux dans le cadre des cessions imposées par la Commission européenne pour le rachat d’EMI Music Publishing par Sony/ATV Music. BMG récupère ainsi les droits mondiaux de Virgin Music Publishing (plus de 21 000 titres à lui seul), Famous UK Music Publishing, ainsi que certains songwriters actuels de Sony ATV et EMI Music Publishing. Ces catalogues incluent quelques-uns des plus grands tubes pop des trois dernières décennies, générés par des artistes tels que Take That (notamment les numéros Un « Patience », « Shine » et Greatest Day »), Robbie Williams (« Angels », « Rock DJ », « Let me entertain me »), Plan B (« She said », Praying »), Kurt Cobain (« Smells like teen spirit », « Come as you are », « About a girl »), Culture Club (« Karma chameleon »), OMD (« Enola gay »), Iggy Pop (« Passenger »), Duffy (« Mercy »), The Kooks (« She moves in her own way »), Scouting For Girls (« This ain’t a love song »), Tears for Fears, The Human League, Mark Ronson…

Dans la même journée, BMG Right Management a conclu un accord définitif pour acquérir le catalogue Mute Records (qui avait été repris par EMI en 2002), sous réserve de l'approbation réglementaire de la Commission européenne. Cet accord concerne les masters de Mute (back catalogue), mais pas le label lui-même qui n’est pas affecté par la transaction. Fondé en 1978 par Daniel Miller, Mute Records a gagné une reconnaissance mondiale avec le succès international de Depeche Mode (plus de 100 millions de singles et albums vendus), signé en 1980. Il a ensuite lancé une série d'artistes expérimentaux comme Yazoo (Vince Clarke et Alison Moyet), son deuxième succès, suivi au fil des ans par Erasure, Nick Cave & The Bad Seeds (un véritable culte dans le monde entier), Moby (plus de 20 millions d’albums vendus) et Goldfrapp.

Cet accord constitue la plus importante acquisition de BMG Rights Management. Ce joint-venture entre Bertelsmann et le fonds d’investissement KKR s’est positionné depuis trois ans comme un nouveau type de compagnie dédiée à la gestion de droits musicaux (cumulant le publishing et les droits master d’une maison de disques, activités traditionnellement séparées). Elle est déjà la quatrième plus grande société d’édition musicale au monde, gérant un million de copyrights.

2012 aura donc été une année forte de développement, avec plusieurs autres belles signatures – Dexy’s Midnight Runners, Nena, Francis Dreyfus Music, Bryan Ferry (pour 3 nouveaux albums et la majorité de son catalogue éditorial), Gaëtan Roussel (son catalogue Gazoline Editions et ses compositions futures) – et BMG entend bien poursuivre sa montée en puissance. « Un peu plus tôt cette année, nous avions annoncé vouloir doubler nos revenus provenant des masters. Je suis heureux de dire que nous avons largement dépassé cet objectif. Créer un portefeuille équilibré entre droits éditoriaux et droits phonographiques reste au cœur de notre vision d’une compagnie musicale adaptée à l’ère digitale » commentait fin 2012 son PDG, Hartwig Masuch.

Et à peine ces lignes rédigées, c’est la signature d’un deal mondial avec Orchestral Manœuvres in the Dark (OMD) qui vient tout juste d’être annoncée. Il porte sur la sortie du nouvel album des pionniers de la synth-pop, qui ont amorcé leur retour en 2010 avec « History of Modern », un opus autoproduit. « OMD est typiquement le genre d’artistes à l’esprit indépendant avec lesquels nous aimons travailler, qui allient une réelle créativité et un réel sens des affaires », explique Dominique Kulling, vice-président des nouveaux enregistrements chez BMG. La société souligne qu’avec son approche les artistes gagnent potentiellement beaucoup plus que dans le cadre d'un contrat de disque traditionnel.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article