Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

Musique en ligne : l’Adami veut un meilleur partage de la valeur

18 Février 2013 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Musique en ligne

La répartition de rémunération entre producteurs et artistes sur les ventes numériques est inégale, selon l’Adami qui a présenté, lors du Midem, une étude sur ce que gagne la majorité des artistes interprètes. Alors que la question du transfert de valeur était le grand sujet du moment, l’Adami estime que si un rééquilibrage est nécessaire entre intermédiaires techniques producteurs de contenus, il l’est tout autant entre les producteurs et les artistes, en ce qui concerne les revenus du numérique.

L’étude – basée sur un audit (662 contrats phonographiques étudiés) – révèle que, pour le téléchargement d’un titre sur iTunes, par exemple, un taux de royalty affiché de 10 % s’avèrera au réel de 4,7%. Ainsi sur 1,29 € d’achat, l’artiste percevra 0,04 €. Soit un rapport de 1 à 19 entre ce que perçoit l’artiste et ce que perçoit le producteur*. Pour les ventes physiques, ce rapport est de 1 à 14. Pour le streaming, un stream gratuit (financé par la publicité) rapporte à l’artiste 0,0001 €, un stream bundle 0,002 € et un stream premium 0,004 €. Le rapport entre l’artiste et le producteur est de 1 à 18. L’Adami pointe au passage l’opacité sur l’assiette de rémunération et les conditions contractuelles entre plateformes et producteurs.

 

Taux moyen

 de royalties

       Taux  

       affiché

            Taux réel

             physique

 

Taux réel

téléchargement

      Taux réel

      streaming

1ère  tranche

        8%

6,4% album

5,1% single

  5,1% album

  4,1% titre

     4,1% stream

2ème tranche

       10%

8,1% album

6,4% single

  6,4% album

  5,1% titre

     5,1% stream

3ème tranche

 

       12%

9,7% album

7,7% single

  7,7% album

  6,1% titre

     6,1% stream

                     

(*) Il convient de rappeler que ce que perçoit l’artiste s’entend comme le revenu qui lui est effectivement versé, alors que les revenus du producteur s’entendent comme chiffre d’affaires et non pas bénéfices, puisqu’il a en charge les divers coûts du disque : enregistrement, fabrication, droits SDRM, marketing et promotion (NDLR).

Enfin en comparant les usages, l’étude souligne que les artistes perçoivent autant que les producteurs dans le partage des droits voisins alors qu’ils ne bénéficient que de 5% des revenus du streaming et des webradios. Occasion de réaffirmer l’intérêt de la gestion collective pour les revenus du numérique, afin d’assurer une juste répartition de la valeur, le développement de l’offre légale et garantir les micro-paiements. L’Adami y voit « un modèle d’avenir », mettant en avant la progression de la gestion collective (copie privée et rémunération équitable) passée de 159 M€ en 2005 à 216 M€ en 2011, alors que dans le même temps le marché de la musique enregistrée chutait de 965 à 523 M€.

L’Adami compare in fine la rémunération du numérique pour les artistes dans la situation actuelle, et ce qu’ils représenteraient dans le cadre d’une gestion collective. Elle espère que les conclusions de son étude seront prises en compte dans les préconisations que la mission Lescure doit remettre au Gouvernement fin mars.

 

Comparatif des rémunérations

        Situation actuelle

               Gestion collective

Streaming

3,57 €

13,62 €

Webradios semi interactives

0,78 €

8,17 €

Webradios

0,5 €

1,95 €

         

Pour 100 € de CA d’une plateforme de streaming et un taux de redevance artiste affiché de 10%.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article