Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

Midem 2013 : bilan positif malgré une fréquentation en baisse

5 Février 2013 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Evénements pros

Quel bilan dégager de la 47ème édition du Midem qui s’est tenue à Cannes du 26 au 29 janvier ? « Positif », assure son directeur Bruno Crolot. Pourtant, les chiffres ne prêtent pas à l’euphorie. Le rendez-vous annuel de l’industrie musicale mondiale a enregistré une baisse de fréquentation avec 6 400 participants, soit 7 % de moins qu’en 2012 qui semblait marquer une relance après plusieurs années en chute libre. Bien loin en tout cas de la participation record de 2006 (9800 professionnels présents). Les autres indicateurs chiffrés de ce Midem 2013 : 1 350 exposants, 73 pays et 3 000 entreprises représentées dont 250 start-up, 450 artistes programmés sur 50 concerts, 350 journalistes accrédités et 150 conférences et workshops au menu.

Cependant, cette édition semble en avoir satisfait plus d’un. « Ceux qui étaient là avaient du business à faire et ont pu le faire » résume Bruno Crolot, en soulignant que la dimension internationale du Midem reste intacte et que si Etats-Unis, pays scandinaves et d’Europe du Sud étaient moins présents cette année, d’autres délégations sont restées stables (Allemagne, Royaume-Uni) ou ont augmenté (certains pays d’Asie, les stands français SCPP et SPPF…), d’autres se sont déplacés avec des pavillons jamais vus auparavant (Congo, Corée, Ghana…). La baisse de fréquentation concerne surtout le « core business » du secteur, notamment les petites structures, davantage affectées par le contexte économique. Les marchés émergents se font de plus en plus présents à Cannes, les artistes y reviennent, et les nouveaux acteurs ou partenaires de la musique viennent de plus en plus s’y montrer : nouvelles technologies (15% des participants), sociétés de services, agences et marques (10%), partenaires avérés ou potentiels…

En fait, le Midem – qui se veut le reflet de l’industrie musicale et de ses tendances – est bel et bien en phase avec ses mutations. Reconfiguré l’an dernier, il témoigne – tant dans la structure de ses participants que dans le découpage de ses espaces,  tant dans les thématiques de ses conférences, keynotes et ateliers, que dans son ambiance générale – de la nouvelle donne. Et aussi de l’écart entre deux approches, comme l’explique mon confrère Rémi Bouton sur son blog : « Cannes n’est pas assez magique pour faire se rencontrer les deux mondes : les anciens, ceux qui travaillent dans la musique depuis que le disque est disque, et les modernes, ceux dont les anciens pensent qu’ils ne travaillent pas dans la musique, et qu’ils surnomment des “intermédiaires techniques”. Mais ce sont aussi les modernes, ceux qui travaillent dans la musique, qui considèrent que les anciens n’ont plus grand chose à y faire sauf à y jouer les dinosaures, imperméables à la révolution numérique ».

Ainsi, plus que jamais, l’ancien et le nouveau monde se côtoient à Cannes, en pactisant parfois, en s’ignorant cordialement le plus souvent. Les uns n’y trouvent plus leurs repères habituels, les autres « réseautent », « speed-datent » et innovent, dans les attitudes, les deals, les visions et les stratégies. C’est avec ces derniers que le Midem peut envisager son avenir.

Il n’en demeure pas moins, quels que soient ses chiffres, la grand messe annuelle du music business, où sont annoncés tous les chiffres et décortiquées toutes les tendances, la caisse de résonance de toutes les communications et de tous les lobbyings, l’agora où sont exposées toutes les revendications. Côté français, ce fut la question du « transfert de valeur » qui a été le mot d’ordre de la filière, toutes organisations confondues, et toutes les attentes des professionnels à l’égard du gouvernement, avec bon nombre d’inquiétudes et de demandes restées encore sans réponse probante.

Le 48ème Midem se tiendra du 25 au 28 janvier 2014 et le Brésil y sera le pays à l’honneur. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article