Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

MaMA : succès au présent et scénarii pour notre futur…

26 Octobre 2010 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Evénements pros

Le MaMA, marché des musiques actuelles, qui s’est tenu les 15 et 16 octobre à Paris se solde sur un bilan « très positif » selon Daniel Colling, fondateur de l’événement. Tout d’abord en termes de fréquentation, avec quelque 1 926 professionnels accrédités dont 30 % d’internationaux (venus de 39 pays) et plus de 700 structures représentées, œuvrant majoritairement dans le secteur du spectacle vivant (à 70 %). Côté médias, 120 journalistes ont été accrédités au cours de ces deux jours intensifs.

Les occasions de rencontres et d’échanges n’ont pas manqué : ateliers, speed-meetings, nombreux « apéros professionnels » et une vingtaine de conférences proposées (deux colloques, quatre débats et diverses tables rondes proposées par les partenaires) qui rallié de nombreux participants avec des thématiques comme « Un nouveau modèle économique pour les musiques populaires », « La nuit doit-elle être un combat ? », « Do It Yourself ! Ou comment prendre en main son développement », « Avons-nous les bons lieux pour nos musiques ? » ou encore la conférence « Pourquoi la scène ne sauvera pas la création musicale ? » initiée par la Sacem… Les 60 concerts proposés dans une quinzaine de lieux ont aussi fait le plein avec un taux de remplissage de 95 % (sur une capacité totale de 6 000 places, 3 000 avaient été mises en vente pour le public et 2 860 ont effectivement été vendues).

Un succès donc pour cette deuxième édition, que Daniel Colling considère comme la première, « après le numéro zéro à Bourges l’an dernier », lancé en pré-ouverture du Printemps 2009. Trois raisons avaient conduit les organisateurs à « délocaliser » l’événement : stratégique (le MaMA risquait de faire de l’ombre au festival), logistique (« il est plus facile de faire venir le métier international à Paris qu’à Bourges ») et financier (des subventions plus sécurisantes dans la capitale). Le pari est visiblement gagné, avec l’idée maline de profiter de l’attractivité du 18e arrondissement parisien, sorte de « boulevard de la musique » avec l'Elysée Montmartre, le Divan du Monde, la Cigale, le Bus Palladium, les Trois Baudets, le Centre musicale Fleury-Goutte d’Or Barbara, la Machine…

Le bilan du MaMA confirme bien l’intérêt et la légitimité de rencontres professionnelles d’envergure dans la capitale. « Curieusement, il n’y avait pas d'évènement de ce type qui permettait de réunir l'ensemble de la filière : le côté culturel et le côté économique, le disque et la scène, la scène française et l'internationale. En effet, le Midem s'occupe plus de l'édition et dans le BIS de Nantes, la musique fait partie d'une totalité (théâtre, danse, etc.). On sentait qu'il y avait un besoin », explique Fernando Ladeiro-Marques, directeur du MaMA. Rendez-vous pour l’édition 2011.

Monté sous forme d’EURL appartenant à 100 % au Printemps de Bourges et dirigée par Fernando Ladeiro-Marques avec une petite équipe restreinte, le MaMA a bénéficié d’un budget de 500 000 euros, dont 300 000 euros d’aides (région, Etat, ville…), 130 000 euros des partenariats et 70 000 euros de la vente de cartes et de billets au public, a indiqué Daniel Colling, lors de la conférence de presse de bilan.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article