Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Le label participatif Spidart en procédure judiciaire

26 Novembre 2009 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Entreprises


Spidart va mal. Au point d’avoir pris contact avec le tribunal de commerce de Lyon « en vue de l’ouverture d’une procédure qui préserve au mieux les intérêts de l’entreprise ». Si le site – qui permet aux fans d’investir dans la production d’artistes encore inconnus – a enregistré une croissance indéniable depuis sa création en octobre 2007, celle-ci « ne s’est pas faite sans contraintes, notamment en termes de financement, puisqu’elle a nécessité, au-delà des efforts et de l’implication de chacun, de disposer de fonds propres plus importants » explique son fondateur Nicolas Claramond. « Nous avons entrepris, dans cette perspective, des démarches et pris contact avec plusieurs fonds d’investissement, qui se sont montrés intéressés ; leur processus de décision (6 à 8 mois) s’est cependant révélé incompatible avec nos contraintes d’exploitation. Ceci nous a mis en difficulté ». Et a donc conduit la société Spidinvest à demander la mise en redressement judiciaire. 

Nicolas Claramond tente de rassurer les internautes : « Spidinvest dispose d’atouts incontestables qu’il est dans nos intentions de valoriser au mieux, avec le souci de mener à bien les projets actuellement en cours. C’est l’objectif que nous poursuivons actuellement, pour lequel nous avons pris des contacts, indépendamment de ce qui précède » indique-t-il sur le site. Selon une source interne, les salariés « n'étaient plus payés depuis plusieurs semaines, les comptes bancaires sont bloqués et les artistes ne savent pas si leurs fans reverront un jour les sommes qui ont été investies », rapporte Challenges.fr.

Les difficultés de Spidart – qui fut le premier label participatif à se créer en France – suscitent l’inquiétude des sites concurrents. « Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les labels musicaux communautaires. Ca risque d'entamer la confiance des internautes dans le modèle d'affaires », commente Sevan Barsikian, DG de MyMajorCompany (qui a réalisé un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros pour les trois premiers trimestres 2009, avec un objectif pour l'année supérieur à 4 millions d'euros). MyMajorCompany précise avoir pris toutes les précautions pour protéger l’argent des internautes, qui est placé sur des comptes de tiers.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amandine 14/12/2009 00:44


Bonjour Gildas,
Que recommandez-vous aux producteurs qui ont investi sur les artistes spidart ? Faut-il attendre une éventuelle cession ou liquidation de la société ou faut-il demander dès à présent un
remboursement au tribunal ?
D'avance un grand merci pour votre réponse.


Gildas Lefeuvre 14/12/2009 05:26



Bonjour,


 


C'est un peu tôt, au vu du communiqué de Nicolas Claramond, fondateur de Spidart, en
date du 10 décembre (voir sur le site à l'adresse http://www.spidart.com/news).


 


Il y indique que le redressement judiciaire a été prononcé par le tribunal du commerce et que celui-ci a été obtenu grâce à
la présentation de la lettre d’intention d’un repreneur qui examine la possibilité d'une reprise de spidart.com. Rien n'est donc encore joué.
Cette procédure de redressement encadre surtout Spidart dans sa façon de
fonctionner. "Toute dépense est soumise à validation du mandataire judiciaire qui a été nommé par le tribunal. De même, toutes
les créances sont gelées et leur sort dépendra des termes de la reprise à laquelle nous travaillons" souligne Nicolas Claramond.