Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Jacques Renard missionné sur le second marché de la billetterie

1 Juin 2011 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Spectacle vivant

Le ministère de la Culture a confié à Jacques Renard, directeur du CNV, une mission d’étude sur la situation actuelle de la billetterie du spectacle vivant, physique et dématérialisée. Elle vise notamment à clarifier les pratiques de « second marché », c’est-à-dire le commerce de billetterie de spectacle par des structures commerciales indépendantes, généralement lorsque la billetterie allouée aux réseaux de distribution classique (le premier marché) est épuisée. Dans sa lettre de mission, le ministère a insisté pour que les professionnels concernés soient consultés. « Je recevrai 30 à 40 représentants de structures très diverses, distributeurs de billets, producteurs de spectacles, organisations syndicales…, a annoncé Jacques Renard, qui rencontrera aussi des acteurs du second marché. La mission devrait arriver à terme à la rentrée et pourrait déboucher sur un guide de bonne conduite, voire sur des propositions législatives.

Dans le cadre du projet de loi Loppsi 2, les parlementaires avaient adopté en janvier dernier un amendement visant – « dans un souci de protection de l’ordre public, des droits des consommateurs et de l’image des organisateurs de manifestations sportives, culturelles et commerciales » – à encadrer la revente spéculative de billets au marché noir, qui a connu un véritablement boom ces dernières années sur internet. L’amendement interdisait la revente de places de spectacles sur Internet à un prix supérieur au prix de vente initial, sous peine de 15 000 euros d’amende. Une amende jugée disproportionnée par les socialistes et qui, selon eux, portait atteinte à la liberté d’entreprendre. Mais le Conseil constitutionnel a reporté le débat face à la recrudescence de plaintes de spectateurs floués. « La revente non autorisée de billets de spectacles est aujourd’hui un fléau pour les concerts et les spectacles d’humour » souligne le Prodiss sur son site. Un message visiblement entendu par le ministère de la Culture.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article