Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GL CONNECTION

Commission vidéomusiques : le FCM répond au Sppam

17 Février 2011 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Organismes

Dans un communiqué, le FCM a aussitôt répondu à la lettre ouverte du Sppam. Il précise que si les représentants du CNC sont nommés par décret, aucun décret ne régit le fonctionnement de la Commission vidéomusiques – prime à l’investissement - du FCM et sa composition. « Seul le conseil d’administration du FCM est habilité à décider du mode de fonctionnement de notre association et de ses différentes commissions. C’est à l’unanimité de ses membres que ce dernier a voté cette réforme, comme toujours après consultation du Ministère de la Culture (dont les représentants au CA l’ont formellement approuvée) et après en avoir discuté avec le CNC qui n’a pas, en l’occurrence, exprimé de réserves » souligne son directeur François Chesnais.

« Le FCM  ne peut accepter que le Sppam, qui ne possède aucune légitimité dans ses instances, prenne ainsi en otage la commission vidéo-musique pour y porter ses conflits avec la filière musicale en général et le collège producteurs en particulier » ajoute François Chesnais. Il insiste sur la neutralité de l’organisme « qui regroupe depuis un quart de siècle, les artistes interprètes, les auteurs, les compositeurs, les éditeurs et les producteurs de phonogrammes sans jamais ramener au sein de son fonctionnement les tensions qui pouvaient exister entre les différents métiers qu’exercent ses membres ».

Concernant la Commission vidéomusiques, François Chesnais indique avoir alerté le CNC, dès le mois de mars 2010, « sur l’attitude agressive et répétitive de certains de ses représentants, membres du Sppam, qui a généré de graves tensions et disfonctionnements au sein de la commission et ce, en violation de la charte remise à chacune des personnes participants à nos travaux, devant assurer la sérénité de nos débats ».

Interrogé par GL Connection, François Chesnais se dit étonné de la polémique sur la modification de la commission. « Cette décision, votée à l’unanimité, a été mûrement réfléchie après un débat qui a duré près d’un an », commente-t-il. Tout en assurant avoir « le plus grand respect pour l’action syndicale », il estime que  le Sppam n’a pas à s’exprimer sur les décisions du FCM. De l’autre côté, le syndicat fait valoir qu’il a été interpellé par les membres du collège image de la commission vidéomusiques et qu’il est de sa mission de défendre les producteurs audiovisuels et réalisateurs qu’il représente « face à l’attitude partiale et partisane des producteurs phonographiques ».

François Chesnais se dit conscient des difficultés que subissent les producteurs audiovisuels (« Les budgets clips ont été divisés par 2 en six ans, les producteurs phonographiques regardent de plus en plus à la dépense ») mais estime qu’ils « doivent aussi se remettre en question et diversifier leurs activités ». « Peuvent-ils vivre encore uniquement des vidéomusiques ? » s’interroge-t-il.

Quant à la décision des producteurs et réalisateurs du collège Image de ne plus siéger à la commission (seul un diffuseur représentait le collège à celle du 28 janvier), « la politique de la chaise vide n’a jamais été payante » considère François Chesnais. Le FCM se dit « disponible et ouvert, comme il l’a toujours été, à tout débat que les pouvoirs publics et le CNC pourraient initier sur les mécanismes d’aides aux vidéo-musiques ». A suivre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article