Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Recentrage imposé sur la musique pour W9 et Virgin 17

11 Juillet 2008 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Audiovisuel


La Sacem et les producteurs de musique – qui reprochent aux deux chaînes musicales de la TNT, W9 et Virgin 17, de détourner leur cahier des charges en concentrant leur programmation de musique la nuit, en dehors des heures d’écoute significatives – ont été entendus par le CSA, qui vient de conclure de nouvelles conventions avec les intéressées. Cette renégociation est consécutive aux décisions du Conseil d’Etat qui avait annulé en mars les conventions conclues en 2005 au motif que la définition des heures de grande écoute était « manifestement inadaptée » au regard de la programmation de ces chaînes.


Pour W9, chaîne majoritairement musicale, les heures de grande écoute seront désormais comprises entre 10 h et 12 h 30 et entre 17 h et 23 h, et donc réduites de 50 %. Pour Virgin 17, chaîne musicale pour plus de 75 % de son temps d’antenne, elles seront comprises entre 9 h et 12 h et entre 15 h et 23 h, et donc réduites de 35 %. Ces nouvelles dispositions « permettront de renforcer l’exposition des programmes musicaux aux heures de forte audience », d’autant qu’il est convenu que les chaînes programmeront régulièrement à ces même heures des émissions musicales consacrées aux nouveaux talents. Mais elles sont toutefois jugées insuffisantes par les producteurs.


Pour Hervé Rony, directeur du Snep, « c’est mieux, ça va dans le bon sens mais le CSA aurait pu aller encore beaucoup plus loin ». « Puisque le problème reste entier, nous allons nous tourner vers Christine Albanel et le Parlement afin que la programmation musicale de W9 soit de 50 % quelle que soit l’heure » annonce de son côté Jérôme Roger, directeur de l’Upfi. « Il y a douze ans, le CSA n’avait déjà pas réussi à régler les problèmes de quotas de diffusion de chansons françaises à la radio, et il a fallu une loi pour y arriver. On y viendra » a déclaré pour sa part Pascal Nègre, PDG d’Universal Music, dans Le Parisien. Car le CSA rappelle au passage que la législation actuelle ne prévoit pas de quotas de diffusion spécifiques pour les œuvres musicales.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article