Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Disparition de Max Amphoux, éditeur et président du FCM

15 Mai 2008 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Publishing


Le Fonds pour la Création Musicale (FCM) vient de nous informer du décès de son président, l’éditeur et producteur indépendant Max Amphoux, dans la nuit du 13 au 14 mai, à l'âge de 66 ans. C’est un acteur majeur de la profession, actif depuis quatre décennies, qui disparaît.


En 1970, Max Amphoux avait fondé Allo Music (Demis Roussos, Bashung, Capdevieille, Marie-Paule Belle, Tri Yann, Jean Guidoni, Georges Moustaki, Gilles Servat, Catherine Ribeiro…, il eut même les Beatles et Ten CC en sous-édition) qu’il dirigea jusqu’en 1984, puis depuis 1985 les éditions Max Music (Vivien Savage, Enzo Enzo, Bibie, Paturel, Delpech) et Emma Productions (Clarika, Lojo, La Grande Sophie, Kent avec Thoobett, Anaïs, Jacno, Jean-Jacques Nyssen, Le Maximum Kouette, Richard Pinhas, Tinariwen, Héloïse Martins, Marie-Florence Gros, Marie-Paule Belle…).


Max Amphoux était très présent dans les instances professionnelles. Il a été vice-président (1997-1998 et 2002-2003) et administrateur de la Sacem (à 5 reprises depuis 1988), administrateur de la SDRM (de 1991 à 1994, 1997-1998, 2000-2001), vice-président du Comité de gestion du Droit de Reproduction Mécanique de la Sacem (2000-2001) et son président pour 2007-2008, président de la Commission des Variétés de la Sacem de 1984 à 1986. Il fut aussi vice-président de la Chambre syndicale de l’édition musicale (CSDEM) en 1984-85 et 1995-96, vice-président de l’IRMA de 1997 à 1999, administrateur à la Fondation pour la Création Musicale de 1986 à 1988 et des Commissions d’agrément Variétés  (jusqu’en 1991) du FCM, dont il avait pris la présidence en janvier dernier.


Max Amphoux a été couronné du Grand Prix Sacem de l’Edition Musicale à deux reprises, en 1986 et en 2007. La société des auteurs l’avait ainsi présenté : « De même qu’il existe toutes sortes d’artistes, il y a toutes sortes d’éditeurs. Des petits, des grands, des obscurs. Et puis, comme aurait dit son ami Etienne Roda-Gil, il y a Max Amphoux : inclassable, atypique, au point que citer son seul prénom suffit à l’identifier. Un « label » devenu synonyme de professionnalisme, de flair, d’indépendance et d’abord de… caractère car notre homme, libre comme dans la chanson du même titre, a du tempérament ! Toujours sur le pont depuis plus de quarante ans, toujours en verve et parfois même en pétard, Max est à sa façon une légende de la profession, cachant sous un tempérament bien trempé une vraie pudeur ». Il manquera dans le paysage.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian de Tarlé 15/05/2008 15:28

c'est une bien triste nouvelle !

Max etait un etre passionant et passionné !

Putain de Cancer !