Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Henri Salvador rejoint son jardin d’hiver

6 Mars 2008 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Artistes

 
A l’heure où seront publiées ces lignes, tout aura été dit sur la disparition d’Henri Salvador, décédé le 13 février à son domicile parisien, à la suite d’une rupture d’anévrisme, à l’âge de 90 ans. Pour autant, impossible de ne pas rendre hommage à ce monument de la chanson à l’éternelle jeunesse. Le crooner français, d’origine guyanaise, était tout d’abord le plus âgé des chanteurs français. Il avait fait ses adieux lors d’un dernier concert le 21 décembre dernier au Palais des Congrès de Paris. Guitariste de jazz reconnu et compositeur hors pair, il s’était produit dès 16 ans dans les cabarets parisiens, accompagnant notamment Django Reinhardt. Il avait ensuite rejoint l’orchestre de Ray Ventura puis devint une vedette au Brésil où il passa 4 ans. C’est à son retour en France en 1948 qu’il publie son premier disque chez Philips. Dès lors, Henri Salvador ne cessera de collectionner les succès. 

Il a contribué avec Antonio Carlos Jobim à la naissance de la bossa nova, composé avec Boris Vian les premiers rock français dès 1957, signé des musiques pour plusieurs films de Walt Disney (Blanche-Neige, les Aristochats…), a plongé dans le comique populaire dans les années 60. Egalement animateur populaire de télévision, il fut l’un des premiers à posséder ses propres éditions musicales, son propre studio et à produire lui-même ses émissions TV. On se souvient de son retour au premier plan, en 2000, avec l’album « Chambre avec vue » écrit par Keren Ann et Benjamin Biolay. On retiendra d’Henri Salvador, outre sa longévité exceptionnelle, son rire caractéristique, sa voix de velours, son éclectisme (du comique au poétique) et ses nombreux succès, dont « Maladie d’amour », « Une chanson douce », « Faut rigoler », « Syracuse », « Jardin d’hiver »…

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article