Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

La SPPF fait son bilan et annonce ses objectifs

24 Janvier 2008 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Organismes

 
L’an dernier, les perceptions de la SPPF se sont élevées à 12,8 millions d’euros HT, chiffre en progression de près de 14,4 % par rapport à 2006, selon le premier bilan que dresse la société civile des producteurs indépendants. Une hausse due tout d’abord à la forte progression des droits vidéomusiques qui atteignent 2.9 M€, soit une augmentation de 28.31 %. Elle s’explique par une meilleure exposition des catalogues des indépendants sur les chaînes et par les premiers effets de la montée en puissance des chaînes musicales et semi-musicales de la TNT. D’autre part, la SPPF note une progression sensible du poids de ses catalogues dans la répartition des droits à rémunération de l’ensemble des producteurs (copie Privée, rémunération équitable). Les droits répartis se sont élevés à 12.7 M€. Concernant les aides à la création et aux actions d’intérêt général, le budget total - soit 3 M€ - a été totalement engagé, soutenant 371 projets différents. 2.42 M€ ont été consacrés aux subventions versées aux producteurs indépendants.

L’objectif principal de la SPPF pour 2008 reste la revalorisation des droits à rémunération équitable, dont l’adoption du nouveau barème applicable aux radios privées à compter du 1er janvier 2008 constitue la première étape. Les travaux portant sur les radios publiques, démarrés en décembre, devraient aboutir dans le courant du premier semestre. La SPPF souhaite étendre le mouvement aux lieux sonorisés et discothèques. Elle estime que les droits voisins gérés collectivement par les sociétés civiles de producteurs (SCPP-SPPF) devraient ainsi atteindre 100 M€ en 2010 contre un peu plus de 70 M€ l’an dernier. Les autres objectifs poursuivis : maintenir et développer sa politique d’aide à la création phonographique ; assurer un environnement législatif et réglementaire qui facilite le décollage de l’offre de musique numérique ; défendre les droits des producteurs à l’égard des services de musique en ligne « tant pour négocier des accords dans le cadre des mandats qui lui sont confiés que pour agir à leur encontre lorsque leurs droits ne sont pas respectés ».
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article