Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Scène-disque : vers de nouveaux équilibres ?

14 Janvier 2008 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Débats & Colloques


C’est le thème d’un forum proposé dans le cadre des Biennales Internationales du Spectacle le 16 janvier à 14h30 à la Cité des Congrès de Nantes (Auditorium 450). Alors que la scène revient au centre des carrières d’artistes et que la baisse des ventes de disques amène les labels à s’y intéresser de plus en plus, le sujet est plus que jamais d’actualité. Comme en témoignent aussi certaines rumeurs (Warner rachèterait Camus Productions, EMI reprendrait VMA…). « C’est un changement complet qui s’amorce, dans la manière dont le disque et la scène vont travailler ensemble » explique Rémi Bouton, journaliste, qui animera le débat. « Je suis persuadé qu’on observera à moyen terme des mouvements importants de consolidation sur le secteur et que des multinationales de la scène vont émerger » ajoute-t-il. Participeront à ce débat : Cathy Bitton (manager), Myriam Chiaramonti (manager, membre du conseil d’administration de Music Manager Forum France), Jules Frutos (co-directeur d’Alias-JHD Productions, co-directeur du Bataclan, président du Prodiss), Luc Genetay (label manager L’Autre Distribution, sous réserve), Geneviève Girard (directrice d’Azimuth Productions et du label Rue Bleue) et Pascal Mayer (fondateur du label The Perfect Kiss
).

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

travis burki 15/01/2008 01:28

Il faudra sans doute permettre à des labels indé de se convertir en structures capables de faire tourner leurs artistes.
Pour éviter de se retrouver avec un monopole de quelques "hypers" tourneurs issus des majors compagnies qui obtiendront une part léonine des contrats, plusieurs options sont à envisager. L'une d'elle pourrait être la création d'une ou plusieurs coopérative de tourneurs indé qui viendrait consolider leur réseau et permettre aux salles de programmer des artistes indé, la plupart du temps beaucoup moins médiatisé que les artistes signés en major.
"En temps qu'artiste auto-producteur, je voudrais autant que faire se peut, m'éviter la perspective de devenir auto-tourneur..."