Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

L’Alliance Artistes-Public veut revoir les rémunérations

22 Novembre 2007 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Musique en ligne

A la veille de la remise du rapport Olivennes, L’Alliance Public-Artistes a lancé un appel fort à la mission : Le développement de l’achat de musique en ligne doit passer par l’augmentation de la part du prix de vente perçue par les artistes. « C’est la première condition pour que ce mode de vente reçoive le soutien du public et devienne un levier de la création artistique » explique l’association, qui regroupe l’Adami, la Spedidam, la SAIF, les syndicats d’artistes, les associations de consommateurs CLCV, UFC Que Choisir et Unaf, ainsi que les Audionautes. 

Dans un courrier adressé à Denis Olivennes, elle attire l’attention sur le faible niveau des rémunérations versées aux artistes-interprètes pour l’exploitation en ligne de leurs prestations : entre 3 et 4 centimes pour l’artiste principal d’un titre musical vendu 0,99 euros et rien pour les musiciens. Soit, en intégrant ce qui revient aux auteurs-compositeurs (7 centimes), une « part créateur » de 11 centimes,  « tandis que les maisons de disques se taillent la part du lion, en s’octroyant 85 à 90 centimes ». L’Alliance Public-Artistes, qui a tenu une conférence de presse téléphonique le 13 novembre, oublie de préciser que ces 85 centimes couvrent les investissements des producteurs et éditeurs phonographiques en coûts de production, de numérisation, de promotion, marketing, etc. Ces chiffres ont d’ailleurs fait réagir le Snep qui juge cette présentation « tronquée, mensongère et malhonnête ». 

Pour l’Alliance Public-Artistes, « le maintien d’une répartition aussi inéquitable est non seulement préjudiciable aux artistes mais aussi contraire à la volonté des acheteurs » affirme l’association en mettant en avant un sondage confié à Stratégir auprès de 450 internautes, qui révèle que les acheteurs sont tenus dans l’ignorance des sommes qu’ils pensent verser aux artistes lorsqu’ils achètent de la musique en ligne : 51% d’entre eux sont convaincus que plus de 20 centimes reviennent aux artistes, 79 % jugent cette part insuffisante. Elle juge aussi cette situation contreproductive, « puisque 64 % des acheteurs seraient disposés à acheter davantage de musique en ligne si une part plus importante du prix était effectivement reversée aux artistes ».
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article