Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

La SPPF attend un plan de sauvetage de l’industrie musicale

3 Juillet 2007 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Organismes

Newsletter n° 27  – Mardi 3 juillet 2007 
Contrairement à la tendance générale de baisse ou du moins de stagnation, le SPPF vient d’annoncer des perceptions en hausse pour son dernier exercice : 11.2 millions d’euros de droits, soit 9.75 % de mieux qu’en 2005. Une augmentation due essentiellement à l’amélioration du poids des catalogues indépendants dans la répartition de la copie privée par rapport à la SCPP (pour l’année 2004) et à une hausse des droits de diffusion des vidéomusiques (+ 10.43 %). « Face à la chute dramatique des ventes de disques (- 47 % de fin 2002 à début 2007) qui enregistre une accélération au cours du premier semestre 2007), les producteurs de musique sont confrontés à une hémorragie de leurs revenus et à une baisse de leurs marges. De nombreux labels se trouvent ainsi asphyxiés sur un plan financier, ce qui compromet leurs investissements dans le développement de carrières d’artistes » note la société des producteurs de phonogrammes français. C’est pourquoi elle insiste sur l’urgence d’un plan de sauvetage de l’industrie musicale. 

Selon la SPPF, il doit passer principalement par les mesures suivantes : l’élaboration d’un plan de lutte anti-piraterie combinant la présence de radars automatiques et d’amendes contraventionnelles, un revalorisation substantielle des barèmes de licence légale (radios, lieux sonorisés, discothèques) « qui se situent actuellement à un niveaux extrêmement faible et sans aucun rapport avec le service rendu par la musique aux utilisateurs », l’amélioration des mesures fiscales et de financement de la production, le développement à l’échelle européenne d’un standard permettant l’interopérabilité des DRM. Constatant que des transferts de valeur considérables ont été opérés depuis 20 ans au détriment des producteurs phonographiques (au bénéfice des radios et aujourd’hui des FAI et éditeurs de services sur le Web 2), la SPPF souligne l’enjeu majeur que représentent aujourd’hui les droits immatériels pour les producteurs.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article