Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Lancement d’un « manifeste contre la défaite de la musique »

25 Juin 2007 , Rédigé par Gildas Lefeuvre Publié dans #Initiatives

Newsletter n° 26  – Lundi 25 juin 2007 
Un « manifeste contre la défaite de la musique » vient d’être mis en ligne à l’adresse http://www.redevanceculturelle.net/, à l’initiative de Marc Benaïche, directeur général de Mondomix Media. Cet « appel du 21 juin 2007 » se veut « une réponse contre la destruction de la valeur des biens culturels numériques ». Considérant la loi Dadvsi « inapplicable et inappliquée » et la licence globale « destructrice pour les jeunes talents et la production en général », Marc Benaïche prône une troisième voie : une redevance obligatoire sur la bande passante payée par les opérateurs telecom pour permettre de financer la création culturelle. L’idée n’est pas nouvelle. Les arguments du manifeste sont pessimistes : « Le marché du disque s’éteint. Ses heures sont comptées. D’ici à trois ans, il aura presque disparu. La Fnac annonce officieusement qu’elle cessera la vente de CD en 2010 dans la plupart de ses magasins ; les faillites se succèdent partout dans le monde. Les professionnels le savent : le marché du disque n’existe déjà plus ». 

Considérant illusoire de croire que le téléchargement légal compensera la disparition du marché des supports physiques, et estimant que le développement exponentiel des échanges numériques gratuits est impossible à réguler et à contrôler, le manifeste propose l’instauration d’une redevance sur la bande passante imposée aux opérateurs telecom. Solution qui pourrait dégager 40 milliards de dollars par an (à raison de 1$ par mois revenant à la musique sur les 4 milliards $ générés par les abonnements Internet et téléphones mobiles dans le monde), « soit l’équivalent du marché du disque mondial en 1999 », collectés par les sociétés de gestion collective de chaque pays. Reste à imaginer comment les sommes récoltées seront réparties… Marc Benaïche préconise la mise en place d’un système de traçabilité du fichier numérique (tatouage non-intrusif et n’empêchant pas la copie) dont la gestion serait assurée par l’Electronic Frontier Foundation. Son manifeste sera développé dans un livre en préparation, dont la publication est prévue en septembre par l’Irma.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article