Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GL CONNECTION

Disparition de Pierre Delanoë, le parolier aux 5 000 chansons

23 Mai 2007 , Rédigé par Gildas Lefeuvre

Newsletter n° 19 - Lundi 8 janvier 2007
Pierre Delanoë s’est éteint le 27 décembre à Paris, à l’âge de 88 ans. « Il était la chanson faite homme » dit de lui la Sacem, dont il présida le conseil d’administration à trois reprises et en était devenu son président d’honneur. Géant unique dans l’histoire de la variété hexagonale, Pierre Delanoë fut son parolier le plus prolifique et éclectique, battant aussi un record de longévité artistique puisqu’il a signé en six décennies plus de 5 000 chansons dont quelque 500 tubes. Inspecteur des impôts entré en chanson à la Libération, devenu directeur des programmes d’Europe 1 (de 1955 à 1960 puis de 1970 à 1973), il reste indissociable de Gilbert Bécaud, de Michel Sardou mais aussi d’Hugues Aufray et des adaptations de Bob Dylan. Pierre Delanoë a aussi écrit pour Edith Piaf, Maurice Chevalier, Michel Fugain, Joe Dassin, Gérard Lenorman, Michel Polnareff, Nicoletta, Nicole Croisille, François Valéry, Mireille Mathieu, Michel Delpech, Nana Mouskouri, Petula Clark, Tino Rossi, Georges Guétary, Sylvie Vartan, Claude François, Dalida, Gilles Dreu, Johnny Hallyday, Alain Bashung, Françoise Hardy… Pierre Delanoë fut repris notamment par les Everly Brothers, Elvis Presley et Bob Dylan (Je t’appartiens/Let it be me), Frank Sinatra, Shirley Bassey, Roy Orbison (Et maintenant./What now my love), Ray Charles et Tom Jones (Il est mort le soleil/The Sun died). Connu pour son caractère trempé et sa pensée populaire tricolore, ce gaulliste déclaré et râleur détestait une part de la production d’aujourd’hui, notamment le rap. « Pour moi, c’est pas de la musique, c’est des vociférations, des éructations (…), une forme d’expression pour des gens primitifs » avait-il déclaré en juillet 2006 sur France Inter, face à Abd al Malik.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article